Catherine : savant mélange entre horreur et érotisme

Attendu comme un savant mélange vidéo-ludique entre horreur et érotisme, le nouveau jeu signé Atlus promet de nous faire vivre une expérience riche en émotions. Catherine nous fera incarner Vincent, trentenaire blasé, qui devra assumer d’avoir trompé sa petite-amie Katherine avec une blonde nommée… Catherine (qui prête à l’occasion son nom au jeu).

Partagé entre ces deux représentantes de la gent féminine, notre héros va commencer à se retrouver prisonnier de cauchemars mettant en scène des créatures qui le poursuivent tournant toujours autour de représentations fantasmagoriques du sexe et des relations amoureuses en général, des thèmes évidemment hors du commun dans un jeu vidéo et dont le traitement sera suivi avec intérêt. Notons d’ailleurs que le jeu a reçu une classification C par l’organisme CERO, ce qui signifie que Catherine ne sera conseillé qu’aux joueurs de plus de quinze ans.

Côté gameplay, le titre s’oriente en partie vers des phases de plates-formes en 2,5D, où Vincent essaiera d’échapper aux créatures étranges. Son but : escalader des blocs, grimper aux escaliers, et éviter de se faire attraper par ces monstres. Qu’il chute ou qu’il se fasse dévorer, le message Love is Over (au lieu de Game is Over) apparaîtra en lettres de sang à l’écran, signifiant la fin de l’aventure.

Catherine est attendu pour le 17 février 2011 au Japon sur Xbox 360 et PlayStation 3. Sans surprise, Atlus n’a soufflé mot concernant une éventuelle sortie occidentale. Import oblige ?

Et histoire de vous mettre l’eau à la bouche (s’il en est encore besoin), voici la vidéo de l’introduction du jeu ainsi qu’un trailer de Catherine :

Catherine – Générique
Image de prévisualisation YouTube

Catherine – trailer
Image de prévisualisation YouTube

Fiche technique
Plate-forme : Xbox 360, PS3
Etat du jeu : En développement
Date de sortie française : n/c
17 février 2010 (Japon)

Genre : Action-Aventure

Développeur : Atlus
Editeur : Atlus

Une réflexion au sujet de « Catherine : savant mélange entre horreur et érotisme »

Les commentaires sont fermés.